Confession de foi de MLK

Confession de foi de Martin Luther King Jr – prononcée à Oslo à l’occasion de la réception du Prix Nobel de la paix, en décembre 1964.

martin-luther-king-25271_1280

Aujourd’hui dans la nuit du monde et dans l’espérance de la Bonne Nouvelle, j’affirme avec audace ma foi dans l’avenir de l’humanité.

Je refuse de croire que les circonstances actuelles rendent les hommes incapables de faire une terre meilleure.

Je refuse de croire que l’être humain ne soit qu’un fétu de paille ballotté par le courant de la vie, sans avoir la possibilité d’influencer en quoi que ce soit le cours des événements.

Je refuse de partager l’avis de ceux qui prétendent que l’homme est à ce point captif de la nuit du racisme et de la guerre que l’aurore radieuse de la paix et de la fraternité ne pourra jamais devenir une réalité. Continuer la lecture de Confession de foi de MLK

À qui appartient ma mort?

Hier soir, la RTS a diffusé un reportage intitulé Je prépare mes obsèques dans le magazine Mise au Point. Je suis restée accrochée sur cette phrase du patron des pompes funèbres: « Les gens désirent garder une certaine mainmise sur leurs obsèques. […] C’est dans l’air du temps de vouloir tout maîtriser jusqu’à la fin. »

Cette dimension de maîtrise m’interroge. Admettre que l’on ne maîtrise pas totalement sa vie est déjà difficile, pourquoi en plus vouloir maîtriser sa mort?

J’ai régulièrement l’occasion de rencontrer des familles en deuil et je constate que bien souvent cette volonté de maîtrise de la part du défunt place les vivants dans des situations inextricables. Par loyauté au défunt, les endeuillés se plient à la lettre à ses volontés. La disparition récente de la personne crée un tel respect que ses moindres souhaits deviennent intouchables.

Mais les volontés du défunt ne correspondent pas nécessairement ni aux envies ni aux besoins des vivants. En tant que pasteure, ce sont les endeuillés que j’accompagne. Ce sont eux qui doivent parvenir à dire adieu. Je crois que le défunt a trouvé la paix dans la mort. Mais parfois, ce qu’il a laissé derrière lui devient obstacle pour les vivants qui cherchent, eux, à trouver la paix dans la vie.

Notre mort ne nous appartient pas. Le deuil appartient aux vivants.

Plusieurs protagonistes du reportage disent l’importance d’en parler avec son entourage. C’est un excellent conseil! Mais en parler ne signifie pas informer ses proches qu’on a tout réglé. En parler signifie ouvrir réellement la discussion sur les envies et les besoins des uns et des autres.

Et comme dirait Odile: Longue et belle vie à vous aussi!

Un prix qui n’a pas de prix

Dimanche dernier, j’ai été primée! En effet, à ma grande surprise, je me suis vue décerner le Prix jeunesse 2015, ou plus exactement une partie de ce prix puisque  j’en suis une des lauréates.

Le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse, le CSAJ, remet chaque année un prix à une personnalité  – en général politique – qui œuvre pour les jeunes (voir celui décerné en 2014 à Didier Burkhalter). Cette année, le CSAJ a décidé de remettre ce prix non pas à une personne mais de confier à tous les jeunes membres du Parlement des jeunes la responsabilité de le remettre à une personne de leur entourage qui contribue au travail de jeunesse.

Ainsi, Manon – jeune monitrice de catéchisme dans la paroisse du Joran et membre du Parlement des jeunes – m’a fait la surprise de me le décerner dimanche à l’occasion de notre camp de catéchisme. Continuer la lecture de Un prix qui n’a pas de prix

La Suisse que l’on aime

Voici le message des Églises prononcé lors de la Fête nationale à Cortaillod, le 31 juillet 2015 (oui, Cortaillod fête avec un peu d’avance…).

Mesdames et Messieurs,
Chers concitoyens, chères concitoyennes,
switzerland-162434_1280
Après les grandes chaleurs du mois de juillet, nous voilà au seuil du mois d’août et nous pouvons arborer la croix suisse. Drapeaux, lampions, T-Shirts et casquettes. La fête nationale est l’occasion de sortir de nos armoires tous nos accessoires patriotiques.

Des occasions, il y en a quelques unes dans l’année. Elles nous sont en général offertes par les sportifs qui défendent nos couleurs. Et cette année, ce sont les joueurs et les joueuses suisses de tennis qui nous ont fait vibrer. Comme vous certainement, j’ai suivi avec intérêt et émotion la victoire de l’équipe de suisse en coupe Davis, puis le parcours de Timea Bacsinsky à Roland Garros et bien sûr la victoire de Stanislas Wawrinka à Paris. Continuer la lecture de La Suisse que l’on aime

Les enfants, les ados et la mort

Dans le cadre de mon travail en paroisse, j’ai régulièrement l’occasion de visiter des familles qui vivent un deuil. Dans ces familles, il y a parfois de jeunes enfants ou des adolescents. Je constate qu’en règle générale, ceux-ci sont écartés du moment de discussion qui réunit la famille et le pasteur et qu’il arrive même qu’ils ne soient pas présents à la cérémonie.

Le journal régional Le Courrier neuchâtelois a publié cette semaine un article sur les ados et la mort qui met en avant le besoin des jeunes d’en parler sans tabou. Mon collègue Raoul Pagnamenta et moi-même avons été contactés par la journaliste et brièvement cités. Continuer la lecture de Les enfants, les ados et la mort