L’étoile de Bethléem: un conte de Noël

Chaque année au Noël des aînés de la Commune, je raconte un conte de Noël. Dans mes recherches pour un nouveau conte pour cette année, je tombe sur celui-ci que j’avais adapté il y a quelques années. Je n’ai pas retrouvé la source, donc pas non plus son auteur (désolée…). Cette histoire peut aussi être réécrite en saynète jouée par des enfants.

milky-way-984050_1920

 

Au lendemain…

Dans un pays lointain, il y a bien longtemps, des mages crurent apercevoir dans le ciel une étoile. Une étoile toute spéciale, une étoile qui devait annoncer un événement exceptionnel: la naissance d’un roi. Ils se mirent en route, dans la direction que leur indiquait l’astre. Après des jours et des jours de marche sous le soleil brûlant et dans la nuit glacée, ils arrivèrent aux portes de Jérusalem. Ils se rendirent à la cour du roi Hérode et apprirent de la bouche des sages où devait naître celui qu’on appellerait Le roi des Juifs: à Bethléem.

Ils se méfiaient d’Hérode. Il leur avait semblé voir de la jalousie dans ses mots quand il leur avait parlé de l’enfant. Ils se remirent alors à la recherche du nouveau-né, se promettant de ne jamais révéler à Hérode l’endroit où ils le trouveraient. Arrivés à Bethléem, les mages trouvèrent remarquèrent que l’étoile s’était arrêtée au-dessus d’une maison. Ils entrèrent et trouvèrent un enfant couché dans une crèche, Marie et Joseph penchés sur le berceau de fortune, des bergers venus adorer l’enfant et des anges chantant dans le ciel. L’étoile scintillait au-dessus de la maison.

Cette histoire on la connaît, depuis notre tendre enfance, on nous la raconte aussitôt que les feuilles tombent des arbres et que les sapins quittent les forêts pour se retrouver dans nos salons. Mais après cela, que s’est-il passé?!?

Eh bien figurez-vous qu’au lendemain du premier Noël, tous ceux qui avaient participé à la fête sont retournés d’où ils étaient venus: les mages dans leur pays; les bergers auprès de leur troupeau; et les anges dans le ciel. Quant à Joseph, Marie et Jésus, ils sont partis pour l’Égypte, afin d’échapper à la colère meurtrière du roi Hérode.

Mais un des protagonistes n’avait pas trouvé où aller… c’était l’étoile.

Consultation céleste

La fameuse étoile apparue tout spécialement pour guider les mages depuis l’Orient. Quand elle regagna le ciel, voilà ce qui se passa:

« Gabriel, toi le plus grand des anges, dis-moi où je vais aller maintenant que j’ai accompli ma mission? » – « Euh… c’est à dire que… tu comprends, le ciel est déjà bien rempli… tu as été créée pour montrer un chemin, pas pour… »

Tous les anges se réunirent autour de Gabriel pour l’aider à trouver une solution. « On pourrait en faire un étoile filante!… C’est une belle fin pour une étoile. On ne peut quand même pas la condamner à disparaître! C’est vrai, maintenant on va se souvenir d’elle à chaque fête de Noël. Il ne faut pas qu’elle s’éteigne! »

Devant l’incapacité des anges à trouver une solution, Gabriel décida d’organiser une grande consultation céleste. Il convoqua pour l’occasion toutes les étoiles, les constellations et les planètes pour voir si, en serrant un peu, il ne serait pas possible de faire une petite place à l’étoile de Bethléem. Gabriel prit son ton le plus sérieux pour déclarer la grande consultation céleste ouverte. On décida que tour à tour, les étoiles, constellations et autres planètes prendraient la parole pour se prononcer sur l’avenir de l’étoile de Bethléem.

« Les Pléiades! Pensez-vous qu’en vous serrant un peu, vous pourriez faire de la place à notre amie l’étoile de Bethléem? » – « Notre nombre a été fixé depuis que le monde a été créé! Les savants disent que nous sommes le joyau du ciel. Ajouter une nouvelle étoile briserait notre parfaite harmonie. »

« Et vous, la grande et la petite Ourse? Qu’en penses-vous? » – « On ne peut tout de même pas nous rajouter une patte, une tête ou une queue! C’est vrai, de quoi on aurait l’air à la fin?!? »

Face à ces refus, Gabriel tenta une autre approche: « Orion, toi qui es déjà si brillant, ne voudrais-tu pas accueillir un nouveau joyau en ton sein? » – « Qui est cette misérable étoile qui se croit assez noble pour faire partie d’une communauté aussi prestigieuse que la nôtre? Qu’on nous la présente seulement, et on la recevra comme elle le mérite! Oui, à coup d’éclairs et d’étincelles!!! »

Toutes les étoiles, toutes les constellations et les planètes s’exprimèrent, mais personne ne daigna accueillir l’étoile de Bethléem. Il faut dire que toutes ces étoiles se prenaient pour des stars. À force que tous les astronomes, astrologues, astrophysiciens et autres spécialistes des astres passent leur temps à les observer, ça avait fini par leur monter à la tête!

Parmi tous ces vaniteux, il ne pouvait y avoir de place pour la modeste étoile de Bethléem. Que voulez-vous, quand on a annoncé que le Dieu Tout-Puissant s’est fait, en Jésus, le tout-petit et le tout-faible… on ne peut se mettre au rang de star…

Au terme d’une longue et épuisante journée de consultation, aucune solution de s’offrait à eux. L’étoile désespérée, perdait de son éclat. Gabriel, gêné, ne pouvait plus la regarder dans les yeux.

Il réunit ses anges pour faire le bilan. « Qu’allons-nous faire, maintenant?… La remiser dans un placard, avec toutes les vieilles comètes qu’on sort une fois tous les cents ans pour les aérer un peu?

Mais non, on ne peut pas montrer tous les cent ans une étoile attachée à un anniversaire! Et puis, de toute façon, elle ne tient pas en place, cette étoile. Elle se déplace sans arrêt. Elle a été créée comme ça! C’est vrai, on ne peut pas aller contre sa nature profonde, et l’obliger à rester tranquille…

Une idée lumineuse

Et soudain, Gabriel eut une idée. Il empoigna l’étoile, et l’emmena dans son atelier de Création. Les anges, bouche bée, entendirent taper, scier, découper, limer, raboter… Gabriel sortit enfin de l’atelier, une corbeille pleine de petites étoiles dans les mains.

« Qu’as-tu fait de l’étoile de Bethléem? » lui demanda un ange. « Je l’ai partagée en une multitude de petits morceaux. »

« Oh, on avait déjà du mal à en caser une, alors des milliers… » (même parmi les anges, il y en a toujours qui râlent). Mais ce n’était pas pour le ciel que Gabriel avait fait toutes ces petites étoiles. C’est sur la terre qu’il voulait les semer.

Un ange prit une poignée et dit: « Celles-ci, je les envoie dans les chambres des malades, pour y répandre une lueur douce et apaisante. »

Un autre dit: « Celles-ci, je les glisse dans les phares, pour guider les navires, et dans les lampadaires, pour guider les humains. » « Celles-ci, je les place au milieu des conflits, des violences de toute sorte, pour que l’espoir les illumine encore. »

Ainsi, les anges semèrent partout les morceaux de l’étoile de Bethléem. Partout, mais pas n’importe où. Chaque morceau alla se placer dans un endroit où il pourrait poursuivre d’une manière ou d’une autre le rôle qu’il avait joué lors du premier Noël. Partout où les humains avaient besoin de lumière ou de chaleur, pour les orienter, les réconforter ou leur donner de la joie. Chaque parcelle d’étoile alla s’introduire dans le cœur d’un homme, d’une femme ou d’un enfant. Il y resta pour un temps ou pour toute une vie. Ainsi, l’étoile de Noël qui n’avait pas trouvé de place dans le ciel, eut sa place partout sur terre.

« Alors, on a tout distribué, Gabriel? » – « Presque, il reste juste une poignée de poussière d’étoile. »

Et celle-ci, je l’ai gardée, juste pour vous ! (souffler dans sa main les étoiles imaginaires en direction des auditeurs)


7 réflexions au sujet de « L’étoile de Bethléem: un conte de Noël »

  1. super, je vais la lire à notre après-midi des aînés, à Savagnier, organisée par la paroisse du Val-de-Ruz. Merci.

  2. Merci pour ce merveilleux conte qui tombe juste à point (un des bouts d’étoile semble être tombé dans mon ordinateur aujourd’hui ;o) )
    Bon temps de Noël à vous !
    Claire-Lise

  3. Merci pour ce conte magnifique ! Il sera lu à noël dans nos famille, en espérant que ceux qui ne croient pas encore soient touchés par cette poussière d’étoile.

    un grand merci

  4. Je cherchais un conte de Noël pour lire à mes petits-enfants, et j’ai eu de la peine à trouver quelque chose qui ne soit pas moralisant. Cette histoire est parfaite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *