Les trois arbres: un conte de Noël

Il s’agit d’un conte bien connu, parfois intitulé Les Trois Sapins. Je ne connais pas la version originale de cette histoire ni son auteur mais on le connaît sous de multiples formes sur internet et dans nos paroisses, il a par exemple été adapté en saynète pour les enfants. Je l’ai retravaillé en m’inspirant de cette version pour le raconter lors de la célébration de Noël le 25 décembre dernier au temple de Colombier. Comme cette année nous n’avions pas l’autorisation de chanter pour des raisons sanitaires et que je trouvais important que la musique de Noël soit présente autrement lors de cette célébration, le récit a été mis en dialogue avec un trio de musiciens (piano-violon-violoncelle) qui a joué des airs traditionnels de Noël. Encore bravo et merci infiniment à Evan Métral, Marie Traube et Simon Cauchefer. J’ai amèrement regretté de ne pas avoir emporté mon enregistreur avec moi!

Histoire de soigner un peu la mise en scène, à côté du grand sapin qui se dressait dans le temple, j’avais installé un fauteuil et quelques éléments de décor (lanterne, petite table, couronne de l’Avent) pour inviter à entrer dans l’ambiance chaleureuse d’un conte. Et j’avais collé le texte sur les pages d’un grand livre, ce qui donnait l’impression que je lisais un récit tiré de ce vieil ouvrage.

Voici l’histoire…

Trois petits arbres

Il était une fois, en haut d’une montagne, trois petits arbres plantés dans le sol les uns à côté des autres. Au fil des années, leurs racines se mêlaient les unes aux autres et plus elles s’entrechevêtraient, plus les liens d’amitié grandissaient entre eux. Un soir, alors que les rayons de lune offrait de beaux reflets dorés à leur feuillage, les 3 amis rêvèrent à leur avenir. Le premier arbre regarda les étoiles qui brillaient comme des diamants au-dessus de lui. « Moi quand je serai grand, dit-il, j’abriterai un trésor ! Je veux être recouvert d’or et rempli de pierres précieuses. Je deviendrai le plus beau coffre à trésor du monde ».

Thème arbre 1 (Kling Glockchen, klingelingeling): exposition

Le deuxième arbre regarda le petit ruisseau qui courait au pied de la montagne. Il imaginait la suite de sa route, à travers tout le pays, serpentant à travers les pleines jusqu’à se jeter dans l’immensité de l’océan. « Moi je serai un grand voilier, dit-il. Je naviguerai sur de vastes océans! Je voguerai nuit et jour sur l’infini des eaux. Je serai un bateau splendide qui fera rêver les enfants et je transporterai des rois et des reines à l’autre bout du monde. »

Thème arbre 2 (Es Kam die gnadenvolle Nacht): exposition

Le troisième petit arbre regarda dans la vallée au-dessous de lui et il vit la ville où des hommes et des femmes s’affairaient. « Je ne veux jamais quitter cette montagne, dit-il. Je veux pousser, pousser et pousser encore. Jusqu’à toucher le ciel. Je serai si grand, si haut que lorsque les gens s’arrêteront près de moi, leur regard courra le long de mon tronc jusqu’à mon feuillage. Ils lèveront les yeux jusqu’au ciel et saurons combien Dieu est grand. »

Thème arbre 3 (Tu scendi dalle stelle): exposition

Les jours passèrent. Puis les semaines. Quand le froid arriva, la sève des trois petits arbres se retira pour passer l’hiver au creux de la terre. Leur feuillage tourna au jaune puis au rouge avant de tapisser le sol au pied des trois amis. L’hiver rigoureux s’abattit sur la montagne qui bientôt fut recouverte d’un soyeux manteau blanc. Les 3 amis se glissèrent dans une douce torpeur jusqu’à ce qu’un matin, le chant d’un pinson les éveilla. Le printemps était revenu.

Quelques notes de violon pour le chant du pinson

Les bûcherons

Les 3 arbres profitèrent de l’été pour grandir encore un peu. Un matin, le bûcheron passa près d’eux et les regarda. Il tourna autour de leur tronc, observa, tâta leur écorce de ses mains rugueuse. On l’entendit marmonner: « Hummmm trop jeune…. Tros fin….. trop frêle….. »

« Ce n’est pas encore pour cette année, se dit le premier arbre. Mais le bûcheron sait que mon bois est de qualité supérieure! Il me regarde grandir avec patience mais il sait – et moi aussi – combien je serai beau le jour venu. Il me vendra à un ébéniste qui fera de moi le plus beau coffre aux trésors qu’on n’a jamais vu! »

Rappel du Thème arbre 1

« Je ne suis pas encore assez grand, se dit le deuxième arbre. Les grands voiliers sont faits de longues et larges planches. Si le bûcheron ne veut pas encore de moi, c’est parce qu’il sait que je serai encore plus vigoureux l’année prochaine. Je m’efforce de grandir bien droit. Peut-être qu’il me choisiria même pour devenir le mât du voilier! »

Rappel du Thème arbre 2

« Ouf! se dit le troisième arbre… Le bûcheron ne me coupera pas cette fois. Pourvu qu’il me laisse encore longtemps. Je voudrais ne jamais quitter cette montagne! Je suis encore si petit. Je ne suis pas même encore capable de pointer le ciel. Il me faudra encore des années et des années, les racines bien en terre et la tête bien haute pour que les gens du village en me voyant montent leur regard vers Dieu. »

Rappel du Thème arbre 3

Les saisons puis les années passèrent jusqu’à ce qu’un jour… Ce n’est pas un mais trois bûcherons qui montèrent les pentes escarpées de la montagne. Le premier bûcheron regarda le premier arbre. Il tourna autour de son tronc, l’observa, tâta son écorce de ses mains rugueuse puis déclara: « C’est un bel arbre. Je connais un charpentier à qui je n’aurai pas de peine à le vendre ». Et bientôt, abattu de vingt coups de hache, le premier arbre tomba. À chacun des coups asséné dans le pied de son tronc, le premier arbre se disait: « Ma destinée s’accomplit. Je vais devenir un coffre magnifique. Mon bois sera travaillé avec soin et amour. On me sertira d’or et de pierres précieuses. Puis j’abriterai un merveilleux trésor. »

Rappel du Thème arbre 1

Le deuxième bûcheron regarda le deuxième arbre. Il tourna autour de son tronc, l’observa, tâta son écorce de ses mains rugueuse puis déclara: « Cet arbre est vigoureux. Voilà exactement ce qu’il me faut pour le constructeur de bateaux ». Et bientôt, abattu de vingt coups de hache, le deuxième arbre tomba. À chacun des coups asséné dans le pied de son tronc, le deuxième arbre se disait: « Ma destinée s’accomplit! Désormais, je vais naviguer sur de vastes océans. Je serai un grand navire et je transporterai des rois et des reines aux quatre coins du monde. »

Rappel du Thème arbre 2

Le troisième arbre sentit son cœur frémir quand le bûcheron le regarda. Il retint ses larmes pendant que le bûcheron tournait autour de son tronc. Il retint son souffle lorsqu’il sentit des mains rugueuses caresser son écorce. Si on le coupait, ses rêves de grandeur seraient réduits à néant… Mais bientôt, sous les coups de hache, le troisième arbre tomba.

Musique Leise rieselt der Schnee

Trois destinées

Le premier arbre se réjouit lorsque le bûcheron l’apporta chez le charpentier, mais le charpentier avait beaucoup trop de travail pour penser à fabriquer des coffres. De ses mains calleuses, il débita des planches et transforma l’arbre en mangeoire pour la ferme voisine. L’arbre qui avait été autrefois très beau n’était pas recouvert d’or ni rempli de trésors. Il était couvert de sciure et rempli de foin. Et il regardait dépité des museaux affamés d’engouffrer et mâcher, mâcher, mâcher…

Thème arbre 1 en mineur

Le deuxième arbre sourit quand le bûcheron le transporta vers le chantier naval, mais ce jour-là, nul ne songeait à construire un voilier. À grands coups de marteau et de scie, l’arbre fut transformé en simple barque de pêche. Trop petit et trop plat pour naviguer sur un océan ou même sur une rivière, il fut emmené sur un petit lac. Tous les jours, résigné il transportait des cargaisons de poissons morts qui sentaient affreusement fort.

Thème arbre 2 en mineur

Le troisième arbre était au comble du désespoir quand le bûcheron le transforma en grosses poutres qu’il empila dans la cour. « Que s’est-il passé? se demanda l’arbre qui avant tant rêvé de devenir grand. Tout ce que je désirais, c’était rester sur la montagne en pensant à Dieu. »

Thème arbre 3 en mineur

Beaucoup de jours et de nuits passèrent. Dans leurs destins désormais éloignés les uns des autres, les trois arbres oublièrent presque leurs rêves. Mais une nuit, la lumière d’une étoile dorée éclaira le premier arbre au moment où une jeune femme formait un nid de foin et couchait son nouveau-né dans la mangeoire. « J’aurais aimé pouvoir lui faire un berceau », murmura son mari. La mère serra sa main dans la sienne et sourit tandis que la lumière de l’étoile brillait sur le bois poli. « Cette mangeoire est magnifique », dit-elle. Le premier arbre reconnut le museau du bœuf et celui d’un âne s’approcher non pas pour mâcher cette fois, mais pour souffler doucement sur l’enfant et le tenir au chaud. Et soudain, le premier arbre sut qu’il renfermait le trésor le plus précieux du monde.

Entre le bœuf et l’âne gris

Des jours et des nuits passèrent encore. Sur le lac, un soir, un voyageur fatigué et ses amis s’entassèrent dans la vieille barque du pêcheur. Tandis que le deuxième arbre voguait tranquillement sur le lac, le voyageur s’endormit. Soudain, un vent se leva et un orage éclata. Le deuxième arbre trembla. Il n’avait jamais vu de tempête aussi puissante et savait qu’il n’avait pas la force de transporter tant de monde en sécurité dans le vent et la pluie. Le voyageur s’éveilla. Il se leva, écarta les bras et ordonna à la tempête de se calmer. Alors le vent tomba aussi vite qu’il était apparu. Et soudain, le deuxième arbre sut qu’il transportait le roi des cieux et de la terre.

The First Noël

À quelque temps de là, un vendredi matin, le troisième arbre fut fort surpris lorsque ses poutres furent arrachées à la pile de bois oublié au fond de la cour. Transporté au milieu des cris d’une foule en colère et hargneuse, il frissonna quand les soldats clouèrent sur lui les mains d’un homme. Il se sentit horrible et cruel. Mais trois jours plus tard, le dimanche matin quand le soleil se leva et que la terre toute entière vibra d’une joie immense, le troisième arbre sut que l’amour de Dieu avait tout transformé.

Le premier arbre avait contenu le trésor divin.
Le deuxième arbre avait transporté le roi des cieux.
Et à chaque fois que les gens penseraient au troisième arbre ils penseraient à Dieu.

Amen

Voici Noël

Laisser un commentaire