Passion de Vendredi saint

Depuis de nombreuses années, j’écoute en boucle la Passion selon Saint-Matthieu pendant de la semaine de Pâques, cela fait partie de ma préparation personnelle et spirituelle. Ma chère collègue pasteure Laure Devaux Allisson connaît très bien cette œuvre qu’elle a chanté plusieurs fois.
La situation actuelle nous entrave de certaines libertés mais nous en offre d’autres. Ainsi, nous avons pu préparer ensemble à distance ce culte que nous vous proposons et j’en suis très heureuse.

Pour entrer dans ce temps de culte

Si vous êtes un grand expert de l’œuvre de Bach, sautez ce paragraphe et entrez directement dans la célébration. Si quelques clés de compréhension de la St-Matthieu vous intéressent, voici:

Le livret de cette Passion suit fidèlement le récit de l’évangile de Matthieu. Un narrateur, l’évangéliste, raconte et donne la parole aux différents protagonistes: Jésus, Pierre, Judas, Pilate, etc. Il nous conduit pas à pas jusqu’à la croix.

Le chœur joue un rôle déterminant dans cette Passion. En réalité, il n’y a pas un mais deux chœurs qui commentent et se répondent, s’interpellent ou s’unissent. L’un ou l’autre est tantôt témoin de la tradition biblique de l’Ancien Testament, tantôt acteur du récit en incarnant la foule, tantôt regard extérieur porté sur les événements. Ils ne permettent pas à l’auditeur de demeurer passif. Ils lui interdisent d’assister à la Passion comme un simple spectateur. Par la voix des chœurs, ce sont nos propres émotions qui s’expriment. Face à cette souffrance et à cette mort, nous ne pouvons demeurer des auditeurs insensibles. Les chœurs nous font entrer dans l’histoire.
À certains moments choisis, les deux chœurs chantent d’une seule voix. C’est le cas lorsqu’ils chantent les cris de la foule appelant à crucifier Jésus. Les deux s’associent encore pour les coups et les moqueries. L’usage conjoint des deux chœurs est clair : personne ne peut se distancer de la mort de Jésus et renvoyer à d’autres la responsabilité de sa condamnation et de son exécution.

J.-S. Bach articule sa Passion autour d’un cantique O Haupt voll Blut und Wunden, mélodie bien connue des auditeurs de l’époque et cantique que nous connaissons aussi en français Roi couvert de blessures. Ce choral constitue le leitmotiv de la Passion – il y est repris 5 fois, chaque fois dans une tonalité différente. Il descend d’un demi-ton à chaque reprise, figurant ainsi la lente descente vers la mort.

La Passion selon St-Matthieu de J.-S. Bach nous plonge au cœur de notre humanité, avec sa complexité et ses contradictions. Elle a traversé le temps et continue de nous ébranler et de nous questionner. Elle nous conduit aujourd’hui encore au pied de la croix.

Cette histoire est la nôtre.

L’ensemble des textes prononcés par Laure et moi est aussi disponible en un seul podcast sur Anchor, ainsi que sur Spotify, ITunes et autres plateformes habituelles.

Venez, joignez-vous à ma plainte

Kommt, ihr Töchter, helft mir klagen (01)

Venez!
Venez, mes filles, joignez-vous à ma plainte!
Voyez! Qui? Le fiancé.
Regardez-le ! Comment ? Comme un agneau !
Ô innocent agneau sacrifié sur le tronc de la croix.
Voyez ! Quoi ? Voyez sa patience.
Toujours trouvé patient, quand bien même tu étais méprisé.
Voyez ! Où ? Sur notre faute.
Tu as porté tous nos péchés, sinon nous devrions désespérer.
Voyez-le par amour et par grâce porter lui-même le bois de sa croix.
Aie pitié de nous, ô Jésus !

Jésus va mourir

Vous le ressentez, ce malaise grandissant? Comme une boule qui se forme dans notre ventre. Pas étonnant… aujourd’hui Jésus va mourir.
Il n’y a pas si longtemps, il était entré dans la ville acclamé par une foule en délire! Mais cela n’avait pas plu à tout le monde…
Alors qu’une joyeuse clameur montait du peuple, à mesure que le bruit se faisait plus fort, les autorités religieuses s’inquiétaient. Le commun des mortels se réjouissait, préparait la fête de la Pâque, la fête de la libération du peuple juif, les élites religieuses quant à elles – quelle ironie ! cherchaient un moyen de mettre à mort un homme.
Et ce sera chose faite, avec la complicité de Juda, la soif de pouvoir de Caïphe, le manque de courage de Pilate, le silence de Pierre. Grâce à la foule anonyme, à toi, à moi.
Mon frère, ma sœur, nous sommes tellement pareils. Tôt ou tard, chacun de nous trahit et abandonne. C’est en quelque sorte écrit en chacune de nos existences, quelle que soit la force de nos dénégations.
Cette trahison portera-t-elle le poids du remords ou ouvrira-t-elle une issue vers le repentir ? Je ne le sais pas encore…
Mon frère, ma sœur, pleurons. Pleurons cette part de nous-mêmes qui nous a conduit jusqu’ici, au pied de la croix.

Jésus trahi

Récit de l’évangile de Matthieu, chapitre 26, extraits des versets 17 à 22

Venez, prions

Père,
Comme chaque année, nous approchons de la croix.
Comme chaque année, nous nous disons:
Ce n’est pas grave, après-demain c’est Pâques.
Nous avons besoin de ce Christ vivant, triomphant, victorieux,
Et nous oublions son humanité, ses mains qui souffrent,
Son souffle qui manque, sa gorge qui sèche.
Tu as partagé notre vie limitée, ses coups et ses blessures au flanc.
Tu t’es incrusté dans notre condition,
Nous laissant ta présence solidaire, ton souffle d’ami.
Et nous voudrions te suivre dans ta gloire céleste et éternelle,
En sautant par-dessus la croix, par-dessus notre vie et notre mort,
Alors que c’est dans la nuit de la crucifixion que tu es glorifié.
Prend pitié de notre foi impatiente.
Que ton cri nous réveille:
Nous sommes humains,
Et c’est comme ça que tu nous aimes.
Amen

Jésus arrêté

Récit de l’évangile de Matthieu, chapitre 26, versets 36 puis 47 à 56

Ô homme, pleure tes grands péchés

O Mensch, bewein dein Sünde gross (29)
Ô homme, pleure tes grands péchés,
Pour lesquels le Christ, du sein de son Père, est sorti et venu sur terre.
D’une vierge pure et tendre, pour nous, il est né ici-bas, il a voulu être le médiateur.
Aux morts, il a donné la vie et éloigné toute maladie, jusqu’au temps fixé par lui où il a été offert pour nous.
Il a porté le lourd fardeau de nos péchés et est resté longtemps sur la croix.

Jésus humilié et renié

Récit de l’évangile de Matthieu, chapitre 26, versets 57, 58 et 66 à 75

Aie pitié de moi, mon Dieu

Erbarme dich, mein Gott (39)
Aie pitié de moi, mon Dieu, au nom de mes larmes!
Vois ici, mon cœur et mes yeux pleurent devant toi amèrement.

Jésus condamné

Récit de l’évangile de Matthieu, chapitre 27, versets 1,2 et 11 à 14

Confie à Dieu ta route

Befiehl du deine Wege (44)

Alléluia 47-04
Confie à Dieu ta route,
Dieu sait ce qu’il te faut.
Jamais le moindre doute
Ne le prend en défaut.
Quand à travers l’espace
Il guide astres et vents,
Ne crois-tu pas qu’il trace
La route à ses enfants?

Jésus humilié et crucifié

Récit de l’évangile de Matthieu, chapitre 27, versets 15 à 31

Roi couvert de blessures

O Haupt voll Blut und Wunden (54)

Alléluia 33-13, Psaumes et cantiques 287
Roi couvert de blessures
Mourant pour nous, pécheurs,
Tu souffres sans murmure
La honte et la douleur.
De la splendeur divine
Plus rien ne reste en toi,
Roi couronné d’épines,
Cloué sur une croix!

Au pied de la croix

Nous avançons, péniblement. Nous voici en haut du Golgotha, au pied de la croix, au cœur des ténèbres. Au milieu des cris de la foule en délire, entre les crachats, les sifflements des fouets et les éléments déchaînés:
Nous entendons le silence de Jésus.
Nous ressentons sa peur quand depuis la croix il implore son Père « Mon dieu, mon dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? »
Nous frissonnons à son cri de souffrance au moment où il meurt.
« O douleur! Voici que son cœur tourmenté tressaille.
Comme il est sombre, comme pâlit son visage!
Il souffre toutes les peines.
Il doit payer pour des fautes qui lui sont étrangères. »

Et avec le centurion romain, nous comprenons… la croix fait toute la lumière sur notre humanité.
Aujourd’hui, nous savons ce que c’est que d’être enfermés dans nos limites humaines. Alors nous crions au monde notre besoin d’être libérés! Libérés des pressions qui s’exercent sur nous, libérés de notre jugement méfiant, libérés de notre culture du cynisme, de notre déplorable sens des priorités. Nous avons besoin d’être déliés de nos entraves pour avancer, pour grandir.
Aujourd’hui, plus que jamais, nous confessons notre besoin d’amour, notre besoin des autres.
Nous crions notre besoin essentiel de ne pas être seuls, de ne pas être abandonnés…
Et aujourd’hui, nous sentons bien qu’en quittant le pied de la croix, rien ne sera plus jamais comme avant.

Mort de Jésus

Récit de l’évangile de Matthieu, chapitre 27, versets 33 à 39 puis 45 à 50

Le rideau du temple se déchire

Und siehe da, der Vorhang im Tempel zerriss (63)

Et voici que le voile du Temple se déchira en deux de haut en bas.
La terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s’ouvrirent,
Et plusieurs corps de saints qui étaient morts sortirent des tombeaux après sa résurrection, se rendirent dans la cité sainte et apparurent à un grand nombre de gens.
Mais le centurion et ceux qui étaient près de lui et gardaient Jésus, voyant le tremblement de terre et ce qui était survenu, furent saisis d’une grande peur et dirent:
Vraiment, celui-ci était le Fils de Dieu.
Et il y avait là de nombreuses femmes qui regardaient de loin, celles et ceux qui avaient suivi Jésus depuis la Galilée et l’avaient servi, et parmi elles Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.
Le soir venu, un homme riche d’Arimathie, nommé Joseph, qui avait lui aussi été un disciple de Jésus, vint trouver Pilate et le pria de lui remettre le corps de Jésus.
Pilate ordonna alors qu’on le lui remit.

Prière au Dieu qui lie et qui délie

Père,
Tu es le Dieu qui lie et qui délie.
Que ta grâce brise les entraves
Qui nous enchaînent à nous-mêmes,
Qui nous ferment aux autres et à la vie.
Tu es le Dieu qui lie et qui délie.
Que ta grâce nous mette en lien avec ces autres,
Pour partager paix et communion,
Au-delà des frontières humaines que nous savons si bien dresser.
Tu es le Dieu qui lie et qui délie.
Que ta grâce nous mette en lien avec toi,
dans les hauts et dans les bas de nos existences,
dans la vie la plus forte comme dans la mort et l’abandon.
Amen

Jésus aura désormais en moi son doux repos

Mache dich, mein Herze, rein (65)

Purifie-toi, mon cœur, je veux moi-même ensevelir Jésus.
Car il aura en moi, désormais et pour toujours, son doux repos.
Monde, sors de moi, pour que Jésus y entre!

Jésus mis au tombeau

Récit de l’évangile de Matthieu, chapitre 27, versets 59 à 61

Révélation

Le cœur des ténèbres est devenu lieu de révélation. Nous l’attendions tellement puissant et glorieux. Nous nous sommes trouvés devant un crucifié, totalement libre, totalement autre.
Aujourd’hui, nous choisissons de ne plus fermer ni nos yeux ni nos oreilles à l’appel du monde. Nous ne fuirons plus devant nos responsabilités d’hommes, de femmes. Nous nous laisserons inspirer par toute la bonté et la générosité dont nous sommes des témoins privilégiés: à travers l’action de l’homme de Nazareth jadis, dans les visages et les mains de celles et ceux qui donnent, qui nous permettent d’être, de vivre, aujourd’hui.
Nous quittons la croix. Le chemin se poursuit, dans la nuit encore froide, il nous mène vers notre humanité bouleversée, assumée, partagée.

Repose doucement

Wir setzen uns mit Tränen nieder (68)

Nous nous asseyons en pleurant, et dans ta tombe, nous te disons:
Repose doucement! Doucement repose!
Reposez, membres épuisés par la souffrance!
Votre tombe et votre pierre tombale seront, pour le cœur angoissé, un doux oreiller et le lieu de repos des âmes.
Là, se ferment les yeux dans la joie suprême du sommeil.
Nous nous asseyons en pleurant, et dans ta tombe, nous te disons:
Repose doucement! Doucement repose!

Dans la paix de Dieu

Dans la nuit de ce monde,
Perçois la lumière de son amour.
Dans le silence de cette nuit,
Entends le murmure de sa grâce.
Repose doucement
Doucement repose.

Il te donne sa paix.
Amen

Références

J.-S. Bach, Matthäus Passion, BWV 244, Arnold Schönberg Chor, Wiener Sängerknaben, Concentus Musicus Wien, Nikolaus Harnoncourt, direction. Provided to YouTube by Warner Classics International, 2001.

Livret : Christian Friedrich Henrici, alias Picander. Traduction de Gilles Cantagrel, extraits tirés de la brochure « Passion selon Saint-Matthieu de Jean-Sébastien Bach », éditée par Cantates BACH 17, Églises réformées Berne-Jura-Soleure, mars 2018.

3 réflexions au sujet de « Passion de Vendredi saint »

  1. Un immense merci pour ce chemin proposé, même seule à la maison,c’était richesse que de pouvoir le vivre….avec tt ma reconnaissance

  2. Un profond sentiment de partage avec d’autres chrétiens porté
    par cette admirable  » Passion « , merci pour ce très beau moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *