Comprenons-nous la Parole de Dieu ?

Prédication du dimanche 8 mars 2015, reprise le 15 mars
Textes bibliques : Ésaïe 5,1-7 et Marc 12,1-12 (disponibles en bas de page)

Un contexte de violence

Nous voici en plein Carême. Ce temps de préparation à Pâques. Temps aussi de méditation autour des textes qui nous mènent à la fête principale du christianisme. Mais ne sautons pas d’étape. Avant d’arriver à Pâques, il faudra bien passer par Vendredi Saint. Et le texte de l’évangile de ce matin nous met déjà bien en route vers cette échéance. C’est un texte dur, où la violence règne. Une violence dont les hommes n’ont pas l’exclusivité. Ce qui ne manque pas de nous déranger.

Jésus est à Jérusalem. Il y est arrivé quelques jours auparavant, accueilli en gloire par la foule, selon ce que nous raconte Marc. Et dès le lendemain, il a fait des esclandres dans le temple. Renversant les tables des changeurs d’argent, chassant les marchands et les pèlerins qui voulaient acheter des pigeons pour les sacrifices. Dès lors, les choses sont claires : les représentants des autorités religieuses cherchent le moyen de faire mourir Jésus.
Le jour suivant, Jésus et ses disciples se rendent à nouveau au temple. Des hommes s’approchent d’eux : ce sont les chefs des prêtres, les maîtres de la loi et les anciens. Ils l’interpellent et l’interrogent, espérant le piéger. Mais Jésus répond aux questions par d’autres questions qui mettent ses interlocuteurs devant leurs propres contradictions. Puis, nous dit le texte, il se mit à leur parler en paraboles. Sortant de la controverse directe, Jésus adopte un langage énigmatique.

vineyard-440343_1280

À mots à peine couverts

Il commence sa parabole en citant un passage bien connu de ses auditeurs : le chant de la vigne dans le livre d’Ésaïe. Tout de suite, ils savent que dans cette histoire, la vigne, c’est le peuple d’Israël et que le propriétaire de la vigne, c’est Dieu. Un Dieu qui a été aux petits soins pour son peuple. Mais alors que dans le chant du prophète, le reproche portait sur le peuple qui ne produisait aucun fruit malgré les conditions favorables mises en place par le divin propriétaire, Jésus surprend ses auditeurs en racontant : le propriétaire confia sa vigne, il la loua à des ouvriers vignerons. Et à qui donc Dieu a-t-il confié la responsabilité de son peuple ? Qui en sont les chefs religieux?… Nous l’avons compris et eux aussi certainement: les chefs des prêtres, les maîtres de la loi et les anciens ont dû se sentir visés. Et la suite n’a pas dû leur plaire.

Les vignerons de la parabole veulent s’approprier les fruits de la récolte. Le propriétaire a beau leur envoyer ses messagers, ils les rejettent violemment comment Israël a rejeté et tué les prophètes. On est étonné par l’extrême patience du propriétaire, presque de sa naïveté. Le premier émissaire est battu et renvoyé les mains vides. Le deuxième frappé à la tête et insulté. Le troisième est tué. Et malgré cette escalade de violence, il continue à en envoyer. Pourtant, un seuil a été franchi. Les vignerons ont du sang sur les mains. «Ils traitèrent de la même manière beaucoup d’autres serviteurs: ils battirent les uns et tuèrent les autres» dit le texte.
Quelques mots seulement pour dire l’horreur et l’échec. Une violence banalisée tant elle ne surprend plus. Mais le propriétaire continue à y croire: pour son fils, ils auront du respect!
L’évangéliste ne laisse aucun doute au lecteur puisqu’il désigne ce dernier émissaire comme le fils bien-aimé. Formule exacte utilisée lors du baptême de Jésus, lorsqu’une voix venant des cieux retentit: tu es mon fils bien-aimé, je mets en toi toute ma joie (Mc1,11).
Dans ce fils, nous voyons le Christ.
Dans ce fils, Dieu voit son bien-aimé.
Dans ce fils, les vignerons meurtriers ne voient pas l’envoyé du père, mais l’héritier. Ils l’éliminent donc pour s’approprier non plus seulement le fruit de la vigne, mais la vigne elle-même. Ainsi se termine la parabole. Condamnation sans appel des autorités religieuses, cyniques et violentes, qui prétendent s’arroger le pouvoir sur les croyants et éliminent les messagers que Dieu leur envoie. On imagine l’émoi qu’une telle parabole a provoqué ce jour-là au cœur du temple. Et le silence qui a dû suivre ces paroles.
Car les personnes visées ne sont personne d’autre que celles qui font face à celui qui les prononce. Il le sait et elles le savent.

La parabole a deux objectifs. Le premier est de mettre en question la manière dont les dirigeants exercent leur pouvoir. Et sur celui-ci il fait mouche. Le second est de donner un sens à la mort prochaine de Jésus. Il s’inscrit à la suite des prophètes dans les envoyés de Dieu. Le dernier en date, Jean-Baptiste, a été éliminé peu de temps auparavant. Il se désigne comme le fils bien-aimé. Sans le dire directement, ce qui relèverait du blasphème. L’auditeur averti aura saisi.

Le silence

Rien ne nous est dit de la réaction des interlocuteurs de Jésus à la fin de la parabole. Ni même de celle de ses disciples. C’est Jésus à nouveau qui reprend la parole, après un lourd silence que l’on peut imaginer. Et il interroge: alors, que fera le propriétaire de la vigne? C’est lui encore qui enchaîne. Il fait les questions et les réponses. Il tuera les vignerons et donnera la vigne à d’autres hommes. Et là, ça dérange…
La violence quand elle est le fait des hommes, passe encore. Quand elle est celui de Dieu, on n’aime pas. Et pourtant, difficile de passer à côté. Il avait tout essayé, il avait continué à envoyer de nouveaux serviteurs. Il a même envoyé son fils, pensant que lui, ils ne le toucheraient pas. Mais voilà que finalement, ces vignerons seront emportés pas la violence qu’ils ont eux-mêmes déchaînée. Dieu écarte ceux à qui il avait confié son peuple, comme il a noyé l’humanité dévoyée dans le Déluge. Il fait table rase de l’ancien système pour en instaurer un nouveau. Car désormais, la vigne ne sera plus louée, elle sera donnée. Un système nouveau, une relation nouvelle: une alliance nouvelle. Offerte par grâce et fondée sur celui qui a été rejeté. Comme les bâtisseurs du psaume 118 avaient laissé de côté la pierre qui est devenue pierre angulaire de la nouvelle construction: merveille du Seigneur. On comprend combien ce langage a pu irriter les chefs des prêtres, les maîtres de la loi et les anciens. Combien ils ont dû devenir fous de colère. Mais pour qui se prend-il?!?

Savoir et/ou comprendre

La manière dont se termine cet épisode est vraiment intéressante. Lorsque Jésus parle en paraboles, il adopte un langage énigmatique pour évoquer le Royaume de Dieu. Un langage face auquel on observe deux réactions parmi ses auditeurs: il y a ceux qui ne comprennent pas ce qu’il signifie et leur incompréhension révèle l’endurcissement de leur cœur. Et puis, il y a ceux qui saisissent et qui sont amenés à découvrir la proximité de Dieu et de son Royaume. Ceux qui sont touchés par les paraboles et qui suivent Jésus. Ce qu’il y a ici de tout à fait particulier, c’est que Marc nous dit: ils savaient qu’il avait dit cette parabole contre eux.
Ils savaient. Ils auraient donc dû faire partie de la deuxième catégorie d’auditeurs. Mais pourtant, cela ne provoque aucun changement à leur comportement. Ils savent qu’ils sont ces vignerons. Jésus leur annonce qu’ils vont le tuer lui aussi et ils l’entendent. Il entendent aussi que cette violence les emportera et qu’il serait encore temps de renoncer. Le propriétaire y croit encore! Et pourtant, ils n’ont aucune intention de changer de dessein. Ils cherchent un moyen de l’arrêter. Ils sont enfermés dans leur vision comme les vignerons l’étaient dans leur violence. Seule la sympathie de la foule pour cet agitateur les fait renoncer… pour l’instant. Mais une fois l’opinion publique retournée contre lui, ils le saisiront. On connaît la suite, c’est l’affaire de quelques jours.

Cette fin m’interpelle. Ils savaient mais ils n’ont rien modifié de leur plan. Apparaît ici une distinction importante entre savoir et comprendre. Un savoir purement intellectuel et une compréhension qui implique une décision existentielle. En tant que pasteure, en tant que théologienne aussi, en tant simplement que lectrice des textes bibliques, je me questionne. Quand nous lisons la Bible, cherchons-nous à savoir ce qu’elle signifie ou à la comprendre? Je veux dire: nous bornons-nous à décoder le langage énigmatique de la parabole? Ou nous risquons-nous à en vivre?
Alors quoi?… Faut-il renoncer à l’étude des textes? Dois-je jeter à la poubelle tout ce que je viens de vous dire sur le sens de cette parabole? En bonne protestante réformée, je crois que l’étude sérieuse et intellectuellement honnête du texte est un outil indispensable pour en révéler le sens. Et que la compréhension ne peut advenir que si le texte est intellectuellement saisi.
Mais si ce savoir n’a pas d’impact dans nos vies, si nous ne nous nous laissons pas interpeller par les récits bibliques, nos cœurs sont endurcis. Et nous passons à côté du Royaume de Dieu dont Jésus nous a ouvert les portes. Quel dommage!

Alors, chers amis, j’aimerais que nous repartions tout à l’heure de ce temple avec en tête et dans le cœur ces interrogations qui devraient nous habiter quelques temps, peut-être jusqu’à Pâques: qu’est-ce que de dois changer?… qu’est-ce qui me donne la force de changer?
Car Dieu croit toujours que nous sommes capables de changer. Et capables de comprendre sa Parole.
Amen


Lectures bibliques (traduction Français courant)

Ésaïe 5,1-7

1 Laissez-moi chanter quelques couplets au nom de mon ami; c’est la chanson de mon ami et de sa vigne.
Mon ami avait une vigne sur un coteau fertile. 2 Il en avait travaillé la terre, enlevé les pierres;
il y avait mis un plant de choix, bâti une tour de guet et creusé un pressoir. Il espérait que sa vigne produirait de beaux raisins, mais elle n’a rien donné de bon. 3 «Eh bien, dit mon ami, vous qui habitez Jérusalem, vous les gens de Juda, c’est à vous de juger entre ma vigne et moi. 4 Que faire de plus pour elle, que je n’aie déjà fait? J’espérais d’elle de beaux raisins, elle n’a rien donné de bon. Pourquoi? 5 Maintenant, je veux vous dire ce que je vais faire à ma vigne: J’arracherai la haie qui l’entoure, et les troupeaux y brouteront. J’abattrai son mur de clôture,
et les passants la piétineront. 6 Je ferai d’elle un terrain vague: personne pour la tailler,
personne pour l’entretenir; épines et ronces y pousseront, et j’interdirai aux nuages
de laisser tomber la pluie sur elle.»
7 La vigne du Seigneur de l’univers, c’est la nation d’Israël. La plantation qui lui plaisait tant,
c’est le peuple de Juda. Le Seigneur espérait d’eux qu’ils respecteraient le droit, mais c’est partout injustice et passe-droit; il escomptait la loyauté, mais c’est partout cris de détresse et déloyauté.

Marc 12,1-12

1 Puis Jésus se mit à leur parler en utilisant des paraboles: «Un homme planta une vigne; il l’entoura d’un mur, creusa la roche pour le pressoir à raisin et bâtit une tour de garde. Ensuite, il loua la vigne à des ouvriers vignerons et partit en voyage. 2 Au moment voulu, il envoya un serviteur aux ouvriers vignerons pour recevoir d’eux sa part de la récolte. 3 Mais ils saisirent le serviteur, le battirent et le renvoyèrent les mains vides. 4 Alors le propriétaire envoya un autre serviteur; celui-là, ils le frappèrent à la tête et l’insultèrent. 5 Le propriétaire en envoya encore un autre, et, celui-là, ils le tuèrent; et ils en traitèrent beaucoup d’autres de la même manière: ils battirent les uns et tuèrent les autres. 6 Le seul homme qui restait au propriétaire était son fils bien-aimé. Il le leur envoya en dernier, car il pensait: «Ils auront du respect pour mon fils.» 7 Mais ces vignerons se dirent les uns aux autres: «Voici le futur héritier! Allons, tuons-le, et la vigne sera à nous!» 8 Ils saisirent donc le fils, le tuèrent et jetèrent son corps hors de la vigne.

9 «Eh bien, que fera le propriétaire de la vigne? demanda Jésus. Il viendra, il mettra à mort les vignerons et confiera la vigne à d’autres. 10 Vous avez sûrement lu cette parole de l’Écriture? «La pierre que les bâtisseurs avaient rejetée est devenue la pierre principale. 11 Cela vient du Seigneur, pour nous, c’est une merveille!»»

12 Les chefs des Juifs cherchaient un moyen d’arrêter Jésus, car ils savaient qu’il avait dit cette parabole contre eux. Mais ils avaient peur de la foule; ils le laissèrent donc et s’en allèrent.

Une réflexion sur « Comprenons-nous la Parole de Dieu ? »

  1. Une relation nouvelle: une alliance nouvelle. Offerte par grâce et fondée sur celui qui a été rejeté.
    Merci Diane de ce rappel si important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *