Des crêpes et des lions

Demain nous serons le 2 février: jour de la Chandeleur.
La Chandeleur?!?
Oui, il s’agit bien d’une fête chrétienne, mais très peu fêtée par ici. D’ailleurs, je ne crois en avoir entendu parler à peu près que dans les séries télé américaines de mon adolescence. Et à part l’associer à des crêpes (mmmhh!), j’étais bien incapable d’en dire quoi que ce soit.

Ce soir – soit le 1er février – a lieu une rencontre du groupe des pré-ados BARC’Ados. Nous avons donc décidé de prendre la Chandeleur comme sujet. Et, puisque vous vous le demandez, eh bien oui! nous prévoyons un souper crêpes 😉 Merci en passant à Marie et Thomas, nos extraordinaires cuisiniers.

La table c’est important, l’animation aussi. Et entre autres choses, nous avons prévu de faire des liens entre quelques extraits de films du Roi Lion et la Chandeleur. Merci à ma collègue Alicia qui a sélectionné les extraits.

La Chandeleur en quelques mots

C’est le jour où l’on célèbre la présentation de Jésus au temple (à ne pas confondre avec le jour où ses parents le retrouvent en grande conversation avec les maîtres juifs du temple de Jérusalem alors qu’il n’est encore âgé que de 12 ans (Luc 2,41-51)).
Jésus n’est encore qu’un tout petit enfant lorsqu’il est présenté au temple. Un homme appelé Siméon le prend alors dans ses bras et reconnaît qu’il est la lumière d’Israël (lire Luc 2,22-35).
La Chandeleur se fête 40 jours après Noël et comme souvent, c’est une célébration qui s’est associée à une fête païenne. Une fête des lumières. Fête des chandelles. Chandeleur.
Pour en savoir plus sur son origine, allez faire un tour sur la page wikipedia.

La présentation de l’enfant

La scène bien connue du début du film est de manière évidente une scène de rituel de présentation, voire de baptême.

Le singe Rafiki tient le rôle le prêtre (au sens large de personnage religieux). Garant du rite, reconnu par la communauté des animaux pour l’opérer. Plus tard, il apparaît aussi comme guide spirituel qui permet à Simba devenu jeune adulte de se poser les bonnes questions pour avancer dans la vie.

Il dépose sur le front de l’enfant la pulpe d’un fruit et de la cendre, ce que l’on peut aisément mettre en lien avec l’eau du baptême ou l’huile de l’onction dans le rite catholique par exemple.

Lorsque Rafiki brandit l’enfant pour le présenter aux animaux, un rayon de soleil perce les nuages: signe divin évidemment.

Les parents de Jésus amènent leur enfant au temple « afin d’accomplir pour lui ce que demandait la loi », c’est-à-dire pour accomplir les rites de naissance de la religion juive. Lorsque l’enfant Jésus est présenté au temple, Siméon-Rafiki le prend dans ses bras, mais ne le brandit probablement pas 😉

Il reconnaît pourtant en lui la lumière qui fera connaître Dieu aux nations du monde et donnera la gloire à son peuple.

L’enfant Jésus est reconnu comme une personne d’exception qui sera porteur de lumière. Simba de même!

Les autres sont porteurs de lumière pour moi

Simba est reconnu dès sa petite enfance comme un personnage exceptionnel, le futur roi. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’ait pas besoin des autres et à plusieurs reprises, d’autres personnages interviennent à des moments importants et influencent le Roi Lion.

Timon et Pubmaa lui permettent de grandir, de retrouver le sourire après la mort de son père.

Nala le retrouve adulte et lui rappelle sa responsabilité de roi: son peuple compte sur lui. C’est le 2e extrait de film (malheureusement je ne peux pas mettre ici l’extrait mais il s’agit des minutes 1h01-1h03). Nala est à ce moment là lumière pour lui. Elle lui permet de prendre se réapproprier son destin de roi, de cheminer dans le deuil de son père. En elle il trouve aussi l’amour (on est dans un Disney quand même!).

Troisième et dernier extrait, cette fois dans le Roi Lion II L’honneur de la tribu. Deux clans s’affrontent: celui de Simba et celui de Zira, la femme du défunt Scar. Mais voilà que chez les Montaigu et les Capulet de la Savane, Kiara la fille de Simba et Nala et Kovu, fils adoptif de Scar et Zira, tombent amoureux. Dans l’extrait choisi (1h09-1h11), Kiara s’interpose entre son père et Zira et lui fait prendre conscience de l’engrenage de haine et de vengeance dans lequel les deux tribus sont enfermées. Elle ne voit pas dans les lions de l’autre camp des êtres foncièrement différents de ceux de son propre camp. Tous sont uns. Kiara devient à ce moment clairement porteuse de lumière pour les deux tribus, source de joie possible pour tous. Même si Zira, elle, ne saisira pas l’occasion de la paix possible.

Lumière pour les autres

Être lumière pour les autres, et reconnaître que les autres le sont pour moi. Telles sont les idées qui vont être au centre de notre rencontre de la Chandeleur.

Avec les jeunes, nous chercherons des exemples d’occasions où Jésus a été porteur de lumière pour les autres. De même, nous chercherons comment nous pouvons à notre tour devenir porteur de lumière pour les autres.

Puis nous le dessinerons sur une crêpe (un rond de papier épais jaune). Sur une face: comment je puis être lumière pour les autres. Sur l’autre: comment les autres, et qui!, sont lumières dans ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *